Gros plan … Le curcuma.

CurcumaLe curcuma est une plante herbacée vivace originaire du sud de l’Asie appartenant à la famille du Gingembre. Sa racine ressemble est séchée puis réduite en poudre.

En Asie, on a depuis longtemps découvert qu’ajouter du curcuma aux aliments permettait de conserver leurs fraîcheurs, leurs saveurs et leurs valeurs nutritives. Ainsi, bien avant l’époque des conservateurs synthétiques, le curcuma jouait un rôle primordial comme additif alimentaire.

En médecine ayurvédique (médecine traditionnelle de l’Inde), de même que dans les médecines traditionnelles de la Chine, du Japon, de la Thaïlande et de l’Indonésie, le curcuma est utilisé pour stimuler la digestion car il augmente la sécrétion biliaire.

Au cours des dernières décennies, la science a isolé, dans les rhizomes (racines) du curcuma, des substances auxquelles on a donné le nom de curcuminoïdes (la curcumine constitue environ 90 % de ces substances). Véritables antioxydants et très puissants, ils sont utilisés par la médecine traditionnelle pour le traitement de divers troubles inflammatoires dont les douleurs rhumatismales ou menstruelles. En Asie et en Inde, ils sont également prescrits de façon topique pour accélérer la guérison des ulcères.

l’Organisation mondiale de la Santé reconnait l’efficacité des rhizomes du curcuma pour traiter la dyspepsie (troubles digestifs, comme les maux d’estomac, les nausées, la perte d’appétit ou les sensations de lourdeur).

Dans le domaine de la lutte contre le cancer, la recherche sur la Curcumine est très active et les résultats de plusieurs essais cliniques sont attendus. Les chercheurs pensent que les effets antioxydants et anti-inflammatoires de cette substance peuvent jouer un rôle dans la prévention et le traitement du cancer. Des études in vitro indiquent déjà que la curcumine inhibe la prolifération des cellules cancéreuses en agissant à divers moments de leur développement et qu’elle favorise la fabrication d’enzymes qui aident le corps à se débarrasser des cellules cancéreuses.