Chez le Senior

La médication, oui mais la prévention d’abord.
Il est fréquent que des personnes de cinquante ans (et parfois plus jeunes) aient pléthore de médicaments à prendre : cachets pour le cholestérol, le diabète, la tension, la tyroïde ou des traitements à suivre par des hormones de synthèses, des bétabloquants… Les gens vivent, certes, de plus en plus vieux mais de plus en plus assistés médicalement.

Réapprendre à vieillir en pleine forme me paraît essentiel dans cette société sur-consommatrice de pilules. Bien sûr que la médication sauve des vies. Bien entendu, dans certaines pathologies graves, elle est indispensable pour protéger le vivant. Je ne conteste pas cela. C’est une évidence.
Mais, voilà… Il y a aussi bien des cas où d’autres possibilités peuvent être envisagées.

Le réglage alimentaire, une bonne claque au vieillissement.
Capture8Garder la santé en vieillissant passe avant tout par la prévention. On ne peut pas rajeunir, mais on peut ralentir ce processus par une hygiène de vie quotidienne.
Un réglage alimentaire précis, tenant compte de l’âge et des habitudes acquises avec le temps, permet de retarder la dégradation organique, de réduire l’athérosclérose générale de l’organisme, de prévenir et ralentir l’usure musculo-squelettique, de préserver la mémoire et les facultés intellectuelles.
Certaines thérapies naturelles peuvent, elles aussi, aider à régler des pathologies liées au vieillissement comme l’arthrose, l’ostéoporose, les problèmes de libido, de vue, de mémoire etc.

Capture2

Des conseils pour réajuster la structure, la mécanique vivante sont également indispensables. Travailler la respiration, rouvrir la poitrine, se redresser, remuscler intelligemment la sangle abdominale, tout cela participe et soutient le travail physiologique et organique.

Avec l’avancée de l’âge, rester en bonne santé demande plus que jamais que l’on tienne compte de l’être dans sa globalité et son individualité.